Incontinence urinaire explication

Il existe trois types d'incontinence urinaire, très différents dans leurs causes et leurs prises en charge. Quels sont-ils ?

L'incontinence urinaire concerne environ 3 millions de Français, de tous âges et des deux sexes. Mais les fuites ne sont pas toutes les mêmes. Les urologues distinguent incontinence urinaire d'effort, incontinence urinaire par urgenturie et incontinence urinaire mixte. Causes et traitements varient selon le type d'incontinence.

Incontinence d'effort

Ce premier type est du principalement à une faiblesse des muscles périnéaux, et du sphincter urinaire, qui contrôlent l'écoulement des urines. Quand ces muscles sont affaiblis, des augmentations de la pression abdominale peuvent entraîner des fuites. Selon que le périnée est plus ou moins affaibli, les pressions « nécessaires » pour provoquer des fuites urinaires peuvent être faibles (marche), modérées (rire, toux, éternuement...) ou très fortes (sauts en trampoline par exemple). Il s'agit d'un problème mécanique et musculaire, que l'on traite principalement par une rééducation périnéale.

Ce type d'incontinence touche surtout les femmes, et les facteurs de risque sont les grossesses et accouchements, le surpoids, la ménopause et le vieillissement en général.

Incontinence par urgenturie

Elle a plusieurs dénominations : par urgenturie (néologisme anglo-saxon), par impériosités, liée à une instabilité (ou hypersensibilité ou hyperactivité) vésicale... Contrairement à l'incontinence d'effort, elle peut survenir n'importe quand, sans facteur déclenchant. Elle provoque des envies pressantes, impossibles à retenir. Ici, ce ne sont pas directement les muscles qui sont en cause, mais la vessie en elle-même, qui croit être pleine (alors que ce n'est pas le cas) et déclenche le signal pour être vidée. Elle est encore plus handicapante que l'incontinence urinaire d'effort, car totalement imprévisible, même si certaines circonstances sont favorisantes : entendre couler de l'eau, mettre la main sous l'eau froide, ou tout simplement, arriver chez soi (le syndrome de la 'clé dans la porte'), ressentir une forte frayeur ou un plaisir intense.... Plusieurs causes, très variables, sont possibles* : cystite, polype, calcul, inflammation vaginale, maladie neurologique...

Les hommes sont surtout concernés par ce type d'incontinence**, généralement à cause d'une hypertrophie de la prostate, davantage que par l'incontinence d'effort (sauf après une ablation chirurgicale de la prostate).

Différentes prises en charge sont possibles*** : modifications de l'hygiène de vie, rééducation, médicaments, et chirurgie ****.

Incontinence urinaire mixte

Elle mélange les deux types précédents, avec généralement une dominante de l'une ou l'autre, et demande donc d'intervenir à la fois sur les muscles périnéaux et sur la vessie.

Regardez aussi cette animation vidéo sur le fonctionnement de l'appareil urinaire : http://urofrance.org/fileadmin/medias/semaine-continence/2006/appareil-urinaire.swf